Le Premier ministre a présenté le plan 2018-2020 de lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Ce deuxième plan entend notamment lutter contre la haine sur Internet et éduquer contre les préjugés et les stéréotypes. L’occasion de revenir sur le cadre légal de la lutte contre le racisme et sur les moyens de l’État dans ce combat.

Racisme, antisémitisme… De quoi s’agit-il ?

Le racisme est un schéma de pensée qui s’exprime par des paroles ou des actes dirigés contre des personnes en raison de leur origine ou de leur religion.

L’antisémitisme qualifie une hostilité à l’égard des personnes juives, fondée sur des allégations stéréotypées et discriminantes à leur égard.

La xénophobie constitue un comportement hostile envers les populations étrangères ou considérées comme étrangères à son groupe d’appartenance.

Le cadre légal et les dispositifs mis en œuvre

Les expressions racistes, antisémites et xénophobes, publiques ou non, sont interdites par la loi : injure à caractère racial, provocation et incitation à la haine raciale, négationnisme, violence à caractère raciste, discrimination raciale. En outre, la nature raciste ou antisémite d’un acte constitue une circonstance aggravante.

L’État a établi un éventail de lois et de moyens : actions de prévention, sensibilisation ou campagnes de testing – méthodes de recrutement alternatives, actions de groupe, portail d’accompagnement pédagogique…

Côté institutions, la DILCRAH¹ conçoit et anime la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT. Le Défenseur des droits agit pour « mobiliser la défense de l’égalité contre le racisme ».

¹ Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT.

Le plan 2018-2020

Le plan 2018-2020, piloté par la DILCRAH, met l’accent sur les contenus illicites en ligne. Quatre axes majeurs émergent :

– Lutter contre la haine sur Internet : amendes contre les réseaux sociaux, fermetures de comptes, cyberenquêteurs, renforcement de la plateforme de signalement Pharos…

Éduquer contre les préjugés et les stéréotypes : formation des personnels éducatifs à la prévention et gestion des faits racistes, référents en établissements…

– Mieux accompagner les victimes : réseau d’enquêteurs et magistrats spécifiquement formés, pré-plainte en ligne, extension des stages de citoyenneté…

– Investir de nouveaux champs de mobilisation : renforcement des réseaux territoriaux, dialogue avec les élus locaux, les milieux sportifs, culturels…

Conclusion

Le plan national recueille d’ores et déjà les avis favorables de la société civile. Alors que s’est tenue une marche blanche contre l’antisémitisme à la mémoire de Mireille Knoll, on ne peut qu’appeler de ses vœux un meilleur vivre ensemble, et une société apaisée et plus égalitaire.

1er cours CAP Petite Enfance offert

une question ?

contactez nous :

web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Téléphone :




* Sauf week-end et jours fériés

Nos élèves témoignent

avis eleve cours minerve

Découvrez les avis de nos élèves sur leur formation

CAP Petite Enfance, préparation au concours d’aide-soignante ou d’infirmier… Nous donnons la parole à nos élèves qui vous parlent de leur formation.

> Voir leurs interviews