En France, la réponse à l’urgence est du ressort de l’État. À cette fin, les pouvoirs publics ont organisé un système de réponse permettant une répartition des missions entre différents opérateurs. Pour tout ce qui relève du domaine médical, c’est le service d’aide médicale urgente (SAMU) qui en a la charge. Comment est organisé ce service ? Quelles sont ses missions ?

Le service d’aide médicale urgente

Selon le législateur, l’aide médicale urgente « a pour objet, en relation notamment avec les dispositifs communaux et départementaux d’organisation des secours, de faire assurer aux malades, blessés et parturientes, en quelque endroit qu’ils se trouvent, les soins d’urgence appropriés à leur état ». À ce jour, il existe un service d’aide médicale urgente par département, composé d’un centre de régulation médicale des appels dans lequel travaillent des permanenciers auxiliaires de régulation médicale (PARM) ; un service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR) composé d’un médecin spécialisé en médecine d’urgence, d’un infirmier (spécialisé ou non) et d’un ambulancier.

Le cheminement d’un appel

Chaque année, le SAMU reçoit près 25 millions d’appels. L’organisation d’un SAMU à l’autre peut varier mais le cheminement de l’appel reste commun à tous :

  • Le premier contact est réalisé via l’appel au 15 – numéro d’appel national gratuit – entre l’appelant et le PARM, qui crée un dossier dans lequel il inscrit toutes les informations médicales et médicosociales, et relatives au lieu d’intervention.
  • Le médecin régulateur complète les informations médicales, recherche la structure d’accueil la plus appropriée et prend une décision médicale.
  • Lorsqu’un SMUR est envoyé sur le lieu de l’intervention, le médecin SMUR réalise avec l’aide de l’infirmier, les premiers soins d’urgence avant de réaliser le transfert vers la structure hospitalière indiquée par le médecin régulateur.

La gestion d’un dysfonctionnement

L’ensemble des appels téléphoniques et dossiers de régulation ouverts sont enregistrés et archivés. Lorsqu’un problème survient, plusieurs enquêtes peuvent être déclenchées :

  • une enquête interne réalisée par le SAMU et l’établissement support ;
  • une enquête, dite administrative, réalisée par l’agence régionale de santé ou l’inspection générale des affaires sociales ;
  • une enquête judiciaire lorsqu’un fait répréhensible par la loi est susceptible d’avoir été commis.

L’avenir des services d’aide médicale urgente

Suite aux dysfonctionnements récents, outre le déclenchement d’enquêtes internes, la ministre des Solidarités et de la Santé a reçu les organisations professionnelles et syndicales des médecins urgentistes. Elle leur a demandé des propositions d’amélioration visant à « compléter et actualiser toutes les procédures de traitement des appels au 15, renforcer et homogénéiser les formations des personnels qui traitent les appels ainsi que des médecins régulateurs, garantir que tous les services SAMU sont engagés dans une démarche qualité ». Ils rendront leurs propositions d’actions d’ici juillet prochain.

La conclusion

Face aux difficultés d’accès aux soins, le nombre d’appels au SAMU ne cesse d’augmenter. Outre la réorganisation de la permanence des soins, les comportements individuels doivent évoluer pour que seuls les appels ayant un caractère d’urgence médicale ne soient adressés au SAMU.

1er cours CAP Petite Enfance offert

une question ?

contactez nous :

web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Téléphone :




* Sauf week-end et jours fériés

Nos élèves témoignent

avis eleve cours minerve

Découvrez les avis de nos élèves sur leur formation

CAP Petite Enfance, préparation au concours d’aide-soignante ou d’infirmier… Nous donnons la parole à nos élèves qui vous parlent de leur formation.

> Voir leurs interviews