L’égalité d’accès aux soins pour tous est une demande récurrente des Français. Aujourd’hui, lorsque les patients ont des difficultés d’accès un médecin traitant ou spécialisé, on entend le terme de désert médical. Qu’est-ce que cela signifie ? Quelles sont les causes et les solutions pour y remédier ?

Les déserts médicaux

On parle de « désert médical » lorsqu’il n’y a plus d’adéquation entre les besoins des usagers de santé et les ressources médicales et paramédicales. Pourtant, le Code de la santé publique indique que « l’accès aux soins de premier recours ainsi que la prise en charge continue des malades sont définis dans le respect des exigences de proximité, qui s’apprécie en termes de distance et de temps de parcours, de qualité et de sécurité… ».

Les causes et réponses à la désertification médicale

La désertification médicale serait liée à l’attractivité des régions, à la façon d’exercer la médecine (isolé ou à plusieurs), aux responsabilités qui seraient ressenties comme accrues dans les déserts médicaux, tout comme la charge de travail, les difficultés pour assurer la permanence des soins ou encore l’incidence de ces éléments sur la vie familiale.

Face à ces constats, le Gouvernement a mis en place dès 2012 un pacte intitulé territoire-santé dont les mesures principales consistaient à subventionner les jeunes médecins, permettre le développement des maisons ou pôles de santé pluridisciplinaires, aider les jeunes professionnels, ou encore développer la télémédecine.

La télémédecine : la solution ?

Selon le Code de la santé publique, il s’agit d’une « forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication » et permettant à un patient ou un professionnel de santé d’entrer en contact avec un autre professionnel de santé. Inscrite dans la loi en 2009, son déploiement a été encouragé avec le financement depuis 2018 des actes de téléconsultation, de télé-expertise et, dans le cadre d’une expérimentation, de télésurveillance. Pourtant, du fait de lourdeurs administratives, le déploiement serait ralenti. Ainsi, dans une tribune publiée par le Journal du dimanche du 5 mai dernier, 120 députés, sénateurs et élus locaux ont exhorté le Gouvernement à agir plus rapidement en faveur de l’accès aux soins de l’ensemble des Français.

Face à ces critiques, la Ministre des solidarités et de la santé a indiqué qu’il fallait du temps pour que les professionnels de santé s’équipent et que les patients soient demandeurs de ces modalités de consultation. En outre, d’autres actions devraient voir le jour : l’assouplissement des modalités du cumul emploi-retraite pour les médecins, la création du métier d’assistant médical, le doublement des maisons de santé d’ici 2022. Elle indique qu’il nous faut changer de modèle et rendre le métier de médecin plus attractif.

La conclusion

Face aux difficultés d’accès aux soins, le Gouvernement a lancé de nombreux chantiers parmi lesquels le déploiement de la télémédecine. Si les professionnels de santé s’équipent et que les patients y adhèrent, les actes de télémédecine pourraient être une partie de la solution aux déserts médicaux.

1er cours CAP Petite Enfance offert

Nos élèves témoignent

avis eleve cours minerve

Découvrez les avis de nos élèves sur leur formation

CAP Petite Enfance, préparation au concours d’aide-soignante ou d’infirmier… Nous donnons la parole à nos élèves qui vous parlent de leur formation.

> Voir leurs interviews