La période hivernale est souvent propice aux rhumes et aux maux touchant la sphère aéro-pharyngée. Chez les nourrissons, le terme de bronchiolite est souvent évoqué. Quels sont les risques et les traitements ? Quelles sont les mesures à prendre pour éviter l’épidémie ?

La bronchiolite est une maladie touchant les enfants en bas-âge. Facilement traitable, elle est cependant à prendre au sérieux pour éviter le risque d'épidémie.

©Viacheslav Iakobchuk / Adobe Stock

La bronchiolite, qu’est-ce que c’est ?

C’est une maladie virale – due au virus respiratoire syncytial (VRS) – qui survient dans les premiers mois de la vie jusqu’à l’âge de deux ans. Selon des recherches récentes, elle serait due à un « groupe de cellules immunitaires de type lymphocytes B, présents uniquement chez les nourrissons, et [qui constituent] la cible privilégiée du virus de la bronchiolite »(1). Cette maladie inflammatoire touche les bronchioles et a pour signes caractéristiques un nez bouché, qui coule, associé à une toux et une respiration rapide et sifflante.

Les traitements proposés

Dans la majorité des cas, c’est une maladie bénigne qui guérit en 8 à 10 jours – la toux peut être d’une quinzaine de jours. Le traitement repose sur des lavages de nez (6 fois par jour avec du sérum physiologique) et la surveillance de l’hydratation. Le pédiatre peut prescrire, en cas de fièvre, un antipyrétique et lorsque l’encombrement est important, des manœuvres de kinésithérapie pour aider à l’expectoration des sécrétions.

Si l’état de santé de l’enfant se dégrade, il montre des signes de difficultés respiratoires, est moins réactif et pleure davantage. La température peut aussi augmenter. Une hospitalisation de courte durée peut être indiquée. C’est notamment le cas si l’enfant est en très bas âge, s’il a une maladie respiratoire ou cardiaque connue, s’il ne mange quasiment plus ou qu’il vomit.

L’épidémie et les mesures préventives

La bronchiolite est une maladie contagieuse pouvant être épidémique. Elle peut se transmettre entre les individus par des contacts directs, des éternuements ou postillons, mais également par l’intermédiaire des mains ou d’objets souillés par la salive. Afin de limiter le risque épidémique, il est nécessaire d’adopter des gestes de prévention parmi lesquels :

  • se laver les mains à l’eau et au savon, pendant 30 secondes, avant et après les actes de la vie quotidienne, mais aussi avant de s’occuper d’un enfant en bas âge ;
  • porter un masque chirurgical en cas de toux ou rhume ;
  • éviter, en cas de toux ou rhume, les contacts rapprochés ;
  • aérer la chambre de l’enfant tous les jours au moins dix minutes ;
  • éviter de partager les sucettes, biberons ou couverts non lavés entre les enfants ;
  • éviter les lieux confinés ou la visite de personnes enrhumées ;
  • surveiller votre enfant afin de dépister tout rhume et, au besoin, nettoyer précocement la sphère aéro-pharyngée.

Il est à noter que si l’éviction de la collectivité peut être préférable, celle-ci n’est pas obligatoire. En revanche, les professionnels de la petite enfance doivent être attentifs au respect des mesures rappelées ci-dessus.

La conclusion

La bronchiolite est une maladie virale et contagieuse de la petite enfance qui sévit en période hivernale. Souvent, le nourrisson en guérit rapidement. Néanmoins, afin de diminuer le risque d’épidémie, il convient d’appliquer les mesures de prévention telles qu’un lavage répété des mains et de la sphère aéro-pharyngée.

(1) « Bronchiolite : pourquoi elle ne touche que les nourrissons », Institut Pasteur, 23 février 2017.

1er cours CAP Petite Enfance offert

une question ?

contactez nous :

web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Téléphone :

* Sauf week-end et jours fériés

Nos élèves témoignent

avis eleve cours minerve

Découvrez les avis de nos élèves sur leur formation

CAP Petite Enfance, préparation au concours d’aide-soignante ou d’infirmier… Nous donnons la parole à nos élèves qui vous parlent de leur formation.

> Voir leurs interviews