Le sujet de la retraite, et donc de la prise en charge des retraités, revient régulièrement dans le débat public français. Les enjeux sociétaux sont importants. Un rapport récent de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) vient de paraître à ce sujet.

La retraite : généralités

Chaque personne qui exerce une activité professionnelle cotise à un régime de retraite, qu’elle soit salariée ou à son compte. Selon le système français, on peut faire valoir ses droits à la retraite et toucher une pension jusqu’à la fin de sa vie à partir de 62 ans. Cet âge légal est lié à l’évolution de la démographie. Longtemps, le départ s’est effectué à 60 ans, mais l’allongement régulier de l’espérance de vie a imposé un relèvement de l’âge légal de départ en retraite.

Le système français est très divers : en dehors de ce qu’on appelle le régime général, on ne compte pas moins de 42 régimes de retraites particuliers. Ajoutons aussi que les retraites du privé sont alignées sur les 25 meilleures années en termes de salaire alors que celles du public sont calculées sur les 6 derniers mois.

La « silver économie »

Les générations nées après la seconde guerre mondiale, et en particulier celles du baby-boom des années 1950-1960, arrivent à présent à leur retraite. Ces générations ont bénéficié le plus souvent de carrières régulières grâce à une période de plein-emploi. Elles ont donc des pensions qui leur permettent de profiter de la vie. Ces retraités font marcher ce qu’on appelle la « silver économie », c’est-à-dire économie des gens aux cheveux d’argent.

Une réalité qui évolue et des perspectives plus nuancées

Le récent rapport de la DREES indique que la France compte 16,1 millions de retraités fin 2016, sur une population globale de 67 millions d’habitants. Le montant moyen de la retraite est de 1 760 euros/mois. Cependant, beaucoup de retraités ne touchent pas autant : tout dépend si leur carrière a été linéaire, sans accroc de maladie ou de chômage. Par ailleurs, les femmes touchent en moyenne 29 % de moins que les hommes. Pour ceux qui n’auraient pas suffisamment cotisé, l’État alloue l’allocation du minimum vieillesse pour garantir un niveau minimal de ressources : 550 000 personnes en bénéficient.

Le marché de l’emploi a beaucoup changé ces dernières années. Beaucoup de salariés passent de l’intérim au CDD puis par des périodes de chômage. Certaines personnes sont contraintes d’allonger leur durée de travail pour bénéficier d’une retraite à taux plein ou sont contraintes de cumuler un emploi à temps partiel avec leur pension.

Conclusion

Le Gouvernement engage ces jours-ci une grande consultation sur la question de la retraite. Une réforme est prévue pour 2025. Le système actuel va être mis à plat pour uniformiser les différents systèmes existants. N’oublions pas que le nombre croissant de retraités va peser de plus en plus sur les cotisants en activité. Les pensions sont d’ores et déjà le premier poste de dépense de la protection sociale.

1er cours CAP Petite Enfance offert

une question ?

contactez nous :

web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Téléphone :




* Sauf week-end et jours fériés

Nos élèves témoignent

avis eleve cours minerve

Découvrez les avis de nos élèves sur leur formation

CAP Petite Enfance, préparation au concours d’aide-soignante ou d’infirmier… Nous donnons la parole à nos élèves qui vous parlent de leur formation.

> Voir leurs interviews