Les problématiques du mal-logement reviennent souvent quand on évoque les questions d’ordre social. La Fondation Abbé Pierre s’en préoccupe particulièrement, dans son dernier rapport paru en janvier. Aujourd’hui, 4 millions de personnes sont mal-logées et 12,1 millions de personnes sont fragilisées.

Que fait la Fondation Abbé Pierre ?

La Fondation Abbé Pierre est créée en 1987 et reconnue d’utilité publique en 1992. Son action vise à permettre aux personnes défavorisées d’accéder au logement :

  • en luttant pour que chacun puisse avoir un toit et vivre dignement,
  • en accueillant et orientant de manière inconditionnelle les personnes en difficulté,
  • en s’insurgeant contre toutes les formes d’injustice et de discrimination dans le logement,
  • en participant au débat public, et en rappelant sans relâche aux gouvernants, leurs responsabilités en termes législatifs, économiques et sociaux.

Les constats du 23e rapport

Le surpeuplement dans les logements constitue un problème prégnant, et les dynamiques sociales qui le provoquent sont multiples : familles nombreuses, familles recomposées dans lesquelles cohabitent des enfants de plusieurs ex-familles, retour des enfants devenus adultes chez leurs parents âgés pour des raisons économiques/familiales…

Les conditions de vie sont précaires : pas de chambre individuelle, nécessité d’installer des lits/matelas dans les pièces communes ou dans les couloirs, promiscuité adultes-enfants qui empêche toute forme d’intimité, difficulté pour les enfants de faire leurs devoirs dans une ambiance bruyante… Les tensions de cohabitation s’exacerbent et peuvent dégénérer. Les risques sanitaires dans des logements souvent insalubres sont importants.

Les préconisation formulées

Le rapport met l’accent sur différentes problématiques. Les logements sociaux doivent être attribués en priorité aux ménages les plus modestes. Il faut accroître la production des logements HLM pour répondre aux besoins. Prévoir des logements sociaux dans toute nouvelle construction de bâtiments privés doit s’imposer. Or, les dispositifs sont aujourd’hui peu incitatifs. La demande de l’État aux particuliers de mettre à disposition les logements vides depuis longtemps reste aujourd’hui sans effet, le dispositif mérite d’être renforcé.

Vient s’ajouter la problématique de l’expulsion des locataires insolvables qui se retrouvent sans-abri. Par ailleurs, de nombreux migrants en transit sur notre territoire n’ont pas accès à l’offre de logement, et les dispositifs d’accueil n’ont pas nécessairement suffisamment de places pour les accueillir.

Les conclusions

Le rapport de la Fondation a vocation à alerter les pouvoirs publics sur les questions prioritaires en matière de logement, en l’occurrence le surpeuplement. En ce début de quinquennat, elle estime qu’il est encore temps de renforcer les politiques en vigueur, voire de réfléchir à de nouveaux dispositifs.

1er cours CAP Petite Enfance offert

une question ?

contactez nous :

web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Téléphone :




* Sauf week-end et jours fériés

Nos élèves témoignent

avis eleve cours minerve

Découvrez les avis de nos élèves sur leur formation

CAP Petite Enfance, préparation au concours d’aide-soignante ou d’infirmier… Nous donnons la parole à nos élèves qui vous parlent de leur formation.

> Voir leurs interviews