L’État, garant de la solidarité nationale, pilote et coordonne les politiques de la ville contre les grandes exclusions sociales. Tout au long de l’année, des moyens sont mobilisés pour permettre aux personnes sans-abri ou mal logées d’accéder durablement à un logement digne. En période hivernale, des efforts supplémentaires sont déployés.

Les populations concernées

L’hébergement des plus fragiles est un enjeu majeur de solidarité nationale et de cohésion sociale. Le problème du logement recouvre donc des personnes aux profils différents : les personnes sans domicile fixe (SDF), les personnes accueillies dans une structure non pérenne, les personnes mal logées. Les associations pour défendre ces personnes ont toujours été actives et elles luttent afin que pour ces dernières s’applique le droit au logement (DALO).

Les solutions d’hébergement et de logement pour les personnes sans domicile

Il existe plusieurs dispositifs de veille sociale :

  • Le 115 : numéro de téléphone d’urgence.
  • Les maraudes, « tournées » assurées par le Samu social et différentes associations pour repérer les sans-abris et leur venir en aide.
  • Les accueils de jour et de nuit.
Découvrez le Plan Hivernal 2018-19, visant à permettre aux personnes sans abri d'accéder à un logement digne durant la période hivernale.

©Monkey Business / Adobe Stock

Le plan hivernal 2018-19

L’action de l’État se renforce pendant les périodes hivernales, qui représentent un risque supplémentaire pour les personnes les plus démunies. Pour mémoire, rappelons que personne ne peut être expulsé de son logement entre le 01/11/n et le 31/3/n, c’est ce qu’on appelle la « trêve hivernale ». Le budget prévu est de 2 milliards d’euros pour cet hiver.

Ce plan s’articule autour de plusieurs actions :

  • Les effectifs du 115 sont ajustés pour répondre à la hausse des appels.
  • Les maraudes sont intensifiées, notamment à Paris, Lille, Lyon, Marseille et Toulouse (5 millions d’euros y seront consacrés).
  • Les accueils de jour, comme en 2017, restent ouverts la nuit.
  • Des places exceptionnelles et temporaires sont mobilisées : 14 000 places supplémentaires, dont 7 000 en Île-de-France et en particulier 3 500 à Paris (en moyenne, au niveau national, il existe 136 000 places d’hébergement).
  • Un suivi quotidien est assuré avec les préfectures.

Conclusion

On le voit, le plan hivernal nécessite une mobilisation accrue de tous les acteurs afin qu’aucune personne ne reste sans solution d’hébergement. Il n’en demeure pas moins qu’en amont se pose toujours la question de l’insertion par le travail, qui doit permettre à chacun de prendre en charge sa vie, en particulier de pouvoir accéder à un logement décent.

1er cours CAP Petite Enfance offert

une question ?

contactez nous :

web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Pays :

Téléphone :

* Sauf week-end et jours fériés

Nos élèves témoignent

avis eleve cours minerve

Découvrez les avis de nos élèves sur leur formation

CAP Petite Enfance, préparation au concours d’aide-soignante ou d’infirmier… Nous donnons la parole à nos élèves qui vous parlent de leur formation.

> Voir leurs interviews